L'architecture de survie

« Notre architecture actuelle viole le bon sens. » Voilà le constat que faisait Yona Friedman en 1978 dans son livre L’architecture de survie qui résonne encore actuellement avec tant de justesse.

Dans ce livre1, l’architecte se pose la question de la construction et de l’habitat au sens large dans « un monde qui va vers une pauvreté croissante », cette nouvelle pauvreté des pays industrialisés qu’il définit de la manière suivante :

Yona Friedman nous invite alors à nous ressaisir des fondamentaux et développe l’idée de ce qu’il appelle l’« architecture de survie » :

Une architecture, somme toute, qui repose sur des principes de résilience et d’autosuffisance comme ceux de l’autoplanification et de l’agriculture urbaine. Et si nos habitats étaient conçus pour récupérer l’eau de pluie, conserver nos aliments et produire notre nourriture ? Et si cette conception était réalisée par les habitants eux-mêmes ?

A la lumière du contexte actuel où nous faisons face à nos réserves d’énergies fossiles et de matières premières qui s’épuisent, nous allons indéniablement vers « cette pauvreté croissante ». Saurons-nous, citoyens et planificateurs, adopter cette « philosophie de la pauvreté » (sous-titre du livre de Yona Friedman) ? Ou, mieux encore, adopter une « philosophie de la sobriété », si l’on considère que la sobriété est une « pauvreté choisie » avant que celle-ci ne s’impose à nous. Car il n’en va pas que de notre engagement à contrer le dérèglement climatique en marche, mais aussi de notre adaptation, notre « survie », à ce nouveau contexte.

En bref, à lire et relire pour développer un habitat et un mode de vie résilients.

Sources

1
L'architecture de survie

Livre, Yona Friedman

Illustration image of the article L'architecture de survie
L'atelierServicesDurabilité
Projets
Articles
+41 78 209 44 88FacebookLinkedinhello@physalide.ch